C. Cas particuliers

  1. La greffe

Lors d'une transplantation cardiaque le coeur est déconnecté du système nerveux autonome. La médecine d'aujourd'hui n'est pas capable de reconnecter un coeur greffé au système nerveux végétatif qui est l'outil chargé de lui transmettre les informations lui permettant d'accélérer ou de diminuer la vitesse des battements (voir ci-dessous). Pourtant le coeur continu de battre, mais il bat à un rythme constant: c'est le rythme du noeud sinusal (c'est a dire autour de 80 à 90 btm/mn). Le rythme cardiaque des personne greffées augmente très peu a l'effort. Cette faible augmentation est du à divers hormone comme l'adrénaline. Cela prouve bien que les nerfs sympathiques et parasympathiques sont les deux organes chargés de réguler le rythme cardiaque.

spscoeur-1.gif

 

   2. L'alcool

Lorsque l'on boit de l'alcool nous consommons une substance psychoactive: l'éthanol. Elle est responsable des effets de l'alcool sur l'organisme. Cette molécule est de petite taille, elle n'a donc pas besoin d'être digérée et elle passe immédiatement dans le sang au niveau de l'intestin.

Représentation de Lewis de la molécule d'éthanol:

ethanol-lewis-1.png

 

Une fois dans le sang, la molécule voyage dans l'organisme. Nous allons nous intéresser aux effets qu'elle provoque sur le cerveau et plus particulièrement sur la zone de l'hypothalamus, région du cerveau qui abrite le système nerveux central. Le récepteur sur lequel se fixe l'éthanol n'est pas encore connu, mais nous savons que l'alcool augmente le rythme cardiaque à faible dose et au contraire diminue ce même rythme à forte dose. Cela s'explique par le fait que l'éthanol a une affinité avec un récepteur qui a pour rôle d'augmenter le rythme cardiaque (nous l'appellerons récepteur alfa). Si la dose d'alcool consommée est faible, l'éthanol se fixe uniquement sur le récepteur alfa. Mais lorsque la dose augmente, les récepteurs alfa sont saturés : l'éthanol va donc se fixer sur un autre neurorécepteur (appelons le récepteur beta) qui a pour effet de diminuer le rythme cardiaque. Ce récepteur est présent en plus grande quantité sur les neurones. Ainsi, lorsque la quantité d'alcool ingérée est forte, les récepteurs alfa et beta produisent un effet contraire mais les récepteur beta étant plus nombreux, le rythme cardiaque baisse plus qu'il n'augmente.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×