C. Exception pour la femme

La fréquence cardiaque de la femme est supérieure à celle de l'homme, or on constate que l'espérance de vie de la femme est plus grande que celle de l'homme, ce qui contredit l'étude menée précedemment. En effet, cela ce justifie par l'hormone naturelle que seul la femme secrète grâce à l'ovaire : les œstrogènes. Ils sont impliqués dans le développement du système cardio-vasculaire puisqu’ils contribuent à la santé des vaisseaux sanguins. En effet, associés à la progestérone, ils modulent leur exposition aux risques cardio-vasculaires grâce à leur capacité à réguler le taux de lipides sanguins. Ils préviennent ainsi de l’athérosclérose1 et rallongent l’espérance de vie de la femme. Cependant, à partir de la ménopause, les femmes rejoignent le risque masculin et développent en général des pathologies cardiovasculaires supérieures à ceux des hommes car elles possèdent des artères plus petites. En effet, les cellules vasculaires ont tendance à proliférer plus rapidement que chez les femmes pré ménopausées. Les œstrogènes pourraient donc avoir un effet cardio-protecteur en paralysant la prolifération de ces cellules dans le système vasculaire.

Athérosclérose1 : se caractérise par le dépôt d’une plaque de lipides sur la paroi des artères, entraînant par la suite sa lésion.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.