Conclusion

Tout au long du TPE, nous avons démontré qu’il existe bel et bien un lien entre la fréquence cardiaque et l’espérance de vie. IL existe plusieurs facteurs de risque qui augmentent la fréquence cardiaque : obésité, stress… En effet, différentes études telles que l’étude de Framingham et l'étude sur les mammifères permettent de conclure que lorsque le rythme cardiaque est élevé le risque cardiovasculaire est augmenté. Cela entraîne un risque accru de mortalité et donc une baisse de l’espérance de vie. Toutefois il existe des cas particuliers comme celui de la femme dont la fréquence cardiaque est supérieure à celle des hommes mais dont l’espérance de vie est plus élevée. La femme étant la seule à posséder des oestrogènes !

Cependant la fréquence cardiaque n’est qu’un des critères de l’espérance de vie, car il en existe nombreux d’autres comme l'environnement, hygiène de vie ou encore la médecine.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.